Gilles Peress: Quoi que tu dises, ne dis rien !

Un travail d'auteur majeur publié aux Éditions Steidl

Cela fait trente ans qu’on attend le grand œuvre de Gilles Peress sur le conflit nord-irlandais entre catholiques et protestants, républicains et loyalistes (1969 — 1998), avec le Royaume-Uni pour arbitre partial. Le voici enfin publié, et disons que le photographe, l’un des plus novateurs au monde, ne fait pas les choses à moitié. Trois livres, 2000 pages, 14 kg. Deux albums de photos, en noir et blanc et quasiment sans mots (Whatever You Say, Say Nothing), le troisième compilant des matériaux divers, images et textes, pour contextualiser son projet (Annals of the North).
L’ensemble vise non à raconter une histoire, mais à faire ressentir un théâtre identitaire, religieux et social, une tragédie dont on ne retient parfois que le 30 janvier 1972, à Derry, date du Bloody Sunday. Quatorze morts, autant de blessés lors d’une marche catholique pour les droits civiques. Peress en est. Il a 26 ans.
Peress se confond avec les 1,5 million d’habitants, divisés en deux communautés à peu près égales, et il ne voit que ce qui les rassemble : « Ils se ressemblent mais se voient comme différents, prisonniers d’un système politique. »

Au coin des rues de Belfast

Pour prendre la mesure, il veut adopter le regard du visiteur libéré des préjugés. Il marche, s’arrête, discute, se fait des amis, va au pub. « Je ne suis ni journaliste, ni reporter, ni photojournaliste, ni artiste. Je refuse ces étiquettes qui induisent un langage souverain. »
Il est souvent posté au coin des rues, à Belfast, là où les visages se croisent, devant de petits immeubles sans briques, habités par deux camps qui s’affrontent d’un bloc à l’autre. Il est difficile de savoir, en tournant les pages sans légendes, ce qui se passe. Sauf que la tension est extrême dans le paysage urbain disloqué – en témoigne cet homme inerte, baigné de son sang. Le lecteur perçoit la religion partout. Riches et pauvres, uniformes et chapeaux melons. Mais il ne sait pas qui mène la charge, qui est la victime. « Peu importe, répond Gilles Peress. Moi aussi, au début, je ne sais pas. Je vais à leur rencontre avec une extrême prudence, exécutant une danse de quelques mots. »


  • Auteur:

    Gilles Peress

  • ISBN:

    978-3-95829-544-5

  • Relié:

    1960 pages, 1295 images

  • Dimensions:

    37,5 x 25,5 cm, 14 kg

  • Éditeur:


Les photos


Le livre


Conversation entre Gilles Peress et Gerhard Steidl


Gilles Peress

« I don't care so much anymore about 'good photography'; I am gathering evidence for history »
 

 Copyright © 2021 Les Photophiles de Villennes